Article Petit Berrichon

Quelques jours avant l’assemblée générale de Cap Issoudun*, son président depuis un an, Nicolas Pinot, semblait confiant en l’avenir. L’association avait relancé l’idée du salon du mariage ( 22 et 23 octobre prochain), remis au goût du jour celui de l’auto (5 et 6 mars), prévu un défilé de mode (18 mars), en partenariat avec les étudiants de l’IUT, ramené le marché de la moto en centre-ville, participé activement au marché d Noël, et surtout mis une communication tournée un peu plus vers les techniques nouvelles. La fromagée de la fête nationale et ses 240 convives avait parfaitement fonctionné et la deuxième édition était en route. Un site dédié, sur le net, une page facebook, un très court-métrage étaient autant d’avancées positives après seulement un an de travail pour la nouvelle équipe. Parti pour un voyage de trois ans, le premier tiers du parcours, sans être idyllique, paraissait aller dans la bonne direction. Il était donc temps d’ouvrir plus encore l’association afin de ne pas se scléroser.

« L’association doit être représentative de l’ensemble de l’activité commerçante d’Issoudun et notre sigle, CAP, c’est « commerçant, artisans et professionnels ». Il me semblait donc naturel d’accueillir tous les professionnels, les auto-entrepreneurs tout comme les grandes et moyennes surfaces. Se regrouper permettait aussi de mutualiser les moyens de promotion. Finalement, cela devait s’avérer positif pour tout le monde. Chacun avait une visibilité identique … tout comme le vote. Les plus « gros » étaient au même niveau que les plus petits : une voix chacun ! » expliquait en ce début de semaine, Nicolas Pinot, lors d’un point presse prévu initialement pour annoncer les projets de l’association. Las, à l’issue de ce préambule, le président Issoldunois a tout simplement exprimé sa lassitude face à l’incompréhension de cette dernière démarche. « Au cours de l’assemblée générale nous avons eu un débat sur le sujet. Il s’avère que certains adhérents ne voient pas du meilleur œil l’arrivée des grandes enseignes … Mon souhait était d’œuvrer pour le collectif. Le cœur de ville n’a semble-t-il pas compris que nous faisons partie d’un schéma économique global…  Après un week-end de réflexion, je préfère donc me retirer de la présidence. J’ai d’ores et déjà prévenu les membres du conseil d’administration. Je ne peux représenter un groupe qui ne me soutient pas même si j’ai peut-être eu tort sur ce projet. Je reste cependant membre de l’association pour pouvoir aller au bout des actions qui sont programmées mais pour autant je ne veux pas ferrailler plus que nécessaire. » a-t-il assuré avant d’ajouter que « nous allons essayer de ne pas perdre de temps pour tenir notre assemblée générale extraordinaire  et poursuivre les choses qui me tiennent à cœur. »

Le président démissionnaire estimait par ailleurs avoir fait évoluer l’association avec certes 45 adhérents à CAP Issoudun, mais surtout l’arrivée, par la grâce du seul salon de l’automobile, d’une dizaine de nouveaux membres. « Et puis, ma démission peut aussi faire avancer les choses …»   

Fabrice Simoes

*Cap Issoudun, l’association de tous types de commerces et professionnels

http://www.le-petit-berrichon.com/cap-issoudun/